+23478089419922

Democracy Day Statement: Make Noise for Africa’s Redemption

#MakeNoise4AfricasRedemption 

It’s indeed time to make noise. A clear call for introspection and the reawakening of our pan-African consciousness. A call to look deeper into the challenges faced by our continent and summon the idiosyncrasies of our African political and sociocultural structures. These structures are based on institutional and cultural values, beliefs, and customs of African dignity, solidarity, justice, and self-reliance. They form the foundation of our various national constitutions, regional norms, and standards for peace and security, governance, economic development, and shared prosperity. They were meant to be the organizing framework for a new Africa, free from the dominant culture of colonialism, which was brutally exploitative, demeaning, and alienating. Unfortunately, the forgetfulness, neglect, and refusal to abide by these norms and standards by successive leaders of many African countries is at the core of the crisis the continent faces today, as demonstrated in the recent wave of unconstitutional changes in Mali, Burkina Faso, Guinea, Sudan, Chad, Niger, and now Gabon. This is entirely due to the failure of our nation-states and political misgovernance caused by, amongst others, the detachment from our time-tested and proven institutional and cultural values.

The continent today faces a pandemic of discontent. Our governance institutions and processes, which are responsible for translating our norms and standards into tangible public goods are no longer meeting the yearnings and aspirations of the people. Despite the progress made in the last three decades towards democratization, the continent still faces significant challenges in achieving sustainable peace, economic prosperity, inclusive growth and development, and democratic consolidation. The reversals of gains being witnessed should not come as a surprise to us all. Many of these nations face significant security challenges, flawed elections, prolonged authoritarian rule, constitutional manipulations, endemic corruption, and inefficient public systems. These issues result from a chaotic governance system that has caused economic instability, poverty, unemployment and disillusionment for most Africans. Perhaps more alarming is the disproportionate impact of these on young people and women, who continue to endure a lack of political, social, and economic opportunities.

As a result, citizens feel short-changed by a governance promise that has consistently failed them. Many continue to question the efficacy of democratic governance and are exploring alternative forms of governance. This has led to a momentary surge in support for alternative methods of governance, including military coups. It should be noted that this does not necessarily indicate a widespread endorsement of military regimes, but rather a demonstration of the failure of existing governance systems. According to a recent Afrobarometer study conducted in 36 African countries in 2021/2022, there has been a softening of attitudes towards the role of the military in national politics. The study reported that while a majority of citizens still reject military rule, the level of opposition has declined over the past decade, with only three of the 30 countries surveyed consistently showing an increase in popular rejection of military rule. Furthermore, 53% of respondents are willing to consider military intervention if elected officials abuse their power. Interestingly, the study also found that younger citizens (aged 18-36 years) are more tolerant of military intervention than older citizens (aged 56 years and above).

This is why we make noise for the redemption of the continent. Redemption from the throes of today’s exploitative local elites and their foreign backers, alienation of youth and women from economic, social, and political spaces, and the debasement of our values and ethos in the form of corruption and nepotism, bastardisation of accountability institutions, human rights abuses, and poor management of diversity. The continent is at a crossroads. The current “wind of change” is ominous and portends great danger for the continent and beyond if this trend is not reversed. It calls for broad reflection on the democratic governance practices across the continent, including the capacities of national democratic institutions to facilitate resilient, participatory, and effective governance systems. Now is the time to rejuvenate the confidence of Africans in democratic governance, especially young Africans.

This is the time for national, regional, and global institutions to come together to advocate for a paradigm shift in bridging the gap between the demand for peace, transformative and responsive governance, development and prosperity, and the supply of these public goods by leaders in respective countries, on the African continent. 

In this regard, we firmly make a call for: 

  1. Redemption of Africa on the basis of a pan-African reawakening, political consciousness and education. It is imperative that the continent devises its own solutions to overcome the challenges it confronts. As the iconic Bob Marley once proclaimed, ” Emancipate yourselves from mental slavery, none but ourselves can free our own minds.”;
  2. Encouraging democratization and respecting presidential term limits, human rights, and strengthening institutional checks and balances, including systems for judicial review, in line with the Protocol on the Statute of the African Court of Justice and Human Rights. The protocol calls for the respect of democratic principles, human and people’s rights, the rule of law, and good governance. It also emphasizes the need to respect the sanctity of human life, condemn and reject impunity, political assassinations, acts of terrorism, subversive activities, unconstitutional changes of governments, and acts of aggression;
  3. Achieving political, economic, and social inclusion for underrepresented groups, particularly youth and women, through institutional solutions rather than ad-hoc approaches that have failed so far;
  4. Bringing issues of accountability and integrity of leaders and governance institutions to the forefront of political discourse is crucial. These should not only be matters of concern during crises but must be seen as core challenges that fuel discontent and frustration with current governance settings. To strengthen accountability mechanisms, African countries should commit to reinforcing regional mechanisms by ratifying the amended protocol on the Statute of the African Court of Justice and Human Rights Accountability and the Protocol to the Constitutive Act of the African Union Relating to the Pan-African Parliament.
  5. Implementing various commitments that have been adopted to address the root causes of unconstitutional Changes as recently articulated in the Declaration on unconstitutional changes of government in Africa adopted in March 2022 in Accra, Ghana as well as continental norms like the African Charter for Democracy, Elections, and Governance and institutions such as the African Peer Review Mechanism. 
  6. Strengthening civilian control and oversight of the military by ensuring political neutrality within the military and forestalling the militarization and over-policing of political life;
  7. Broad-based support and solidarity amongst civic organizations, youth, and women groups, media, and the general populace to take a firm stand in and defense of our African ethos and values of independence, self-reliance, communal prosperity, etc
  8. African agency to address its developmental challenges through careful, measured and intentional engagement with external partners to deal with debt crisis, climate change, and other global issues of concern that disproportionately affect and hinder Africa’s development. 

As Franz Fanon famously noted, “Each generation must, out of relative obscurity, discover its mission, fulfill it, or betray it.” We have been urged to take action, and now is the time to act. We must come together in solidarity as citizens of Africa to make informed and organized noise for the betterment of our continent. Let us rise to the challenge and work towards the redemption of our beloved continent.

Signed:

  1. Yiaga Africa, Nigeria
  2. Civic Futures Initiative – Africa 
  3. Youth Advocates (Zimbabwe)
  4. A NOUS JEUNES (Guinée)
  5. Siasa Place, Kenya
  6. Youth4Parliament, Zambia
  7. Kalkal Human Rights Development Organization (KAHRDO) , Somalia 
  8. Green Foster Action, Uganda.
  9. Zambia National Students Union
  10. Wordsmash Poetry Movement, Zambia. 
  11. Activista Zambia.
  12. Tribeless Youth, Kenya 
  13. Zimbabwe National Students Union 
  14. DadaPower Initiative, Kenya
  15. Brain Builders Youth Development Initiative Nigeria
  16. Institute for Young Women Development (IYWD), Zimbabwe 
  17. Youth Ignite Zambia
  18. Girls Gone Political, Zambia 
  19. Youth for Parliament, Malawi

Faites du bruit pour la rédemption de l’Afrique

#MakeNoise4AfricasRedemption

Il est en effet temps de faire du bruit. Un appel à l’introspection et au réveil de notre conscience panafricaine. Un appel à approfondir les défis auxquels notre continent est confronté et à convoquer les particularités de nos structures politiques et socioculturelles africaines. Ces structures sont fondées sur les valeurs institutionnelles et culturelles, les croyances et les coutumes de la dignité africaine, la solidarité, la justice et l’autonomie. Ils constituent le fondement de nos diverses constitutions nationales, normes régionales et standards de paix et de sécurité, de gouvernance, de développement économique et de prospérité partagée. Ils étaient censés être le cadre organisateur d’une nouvelle Afrique, libérée de la culture dominante du colonialisme, qui était brutalement exploiteuse, dégradante et aliénante. Malheureusement, l’oubli, la négligence et le refus de respecter ces normes et standards par les dirigeants successifs de nombreux pays africains sont au cœur de la crise à laquelle le continent est confronté aujourd’hui, comme l’a démontré la récente vague de changements anticonstitutionnels au Mali, au Burkina Faso, en Guinée, au Soudan, au Tchad, au Niger et maintenant au Gabon. Cela est entièrement dû à l’échec de nos États-nations et à la mauvaise gouvernance politique causée, entre autres, par le détachement de nos valeurs institutionelles et culturelles éprouvées et eprouvées.

Le continent est aujourd’hui confronté à une pandémie de mécontentement. Nos institutions et processus de gouvernance, qui sont chargés de traduire nos normes en biens publics tangibles, ne répondent plus aux aspirations et aux aspirations de la population. Malgré les progrès réalisés au cours des trois dernières décennies vers la démocratisation, le continent reste confronté à des défis importants pour parvenir à une paix durable, à la prospérité économique, la croissance et le développement inclusifs, et la consolidation démocratique. Les renversements de gains observés ne devraient pas nous surprendre tous. Beaucoup de ces pays sont confrontés à d’importants défis en matière de sécurité, à des élections entachées d’irrégularités, à un régime autoritaire prolongé, à des manipulations constitutionnelles, à une corruption endémique et à des systèmes publics inefficaces. Ces problèmes résultent d’un système de gouvernance chaotique qui a provoqué l’instabilité économique, la pauvreté, le chômage et la désillusion pour la plupart des Africains. Ce qui est peut-être plus alarmant, c’est l’impact disproportionné de ces mesures sur les jeunes et les femmes, qui continuent de souffrir d’un manque d’opportunités politiques, sociales et économiques.

En conséquence, les citoyens se sentent lésés par une promesse de gouvernance qui les a constamment laissé tomber. Beaucoup continuent de remettre en question l’efficacité de la gouvernance démocratique et explorent d’autres formes de gouvernance. Cela a conduit à une augmentation momentanée du soutien aux méthodes alternatives de gouvernance, y compris les coups d’État militaires. Il convient de noter que cela n’indique pas nécessairement une approbation généralisée des régimes militaires, mais plutôt une démonstration de l’échec des systèmes de gouvernance existants. Selon une récente étude d’Afrobaromètre menée dans 36 pays africains en 2021/2022, il y a eu un assouplissement des attitudes à l’égard du rôle de l’armée dans la politique nationale. L’étude a révélé que, bien qu’une majorité de citoyens rejettent toujours le régime militaire, le niveau d’opposition a diminué au cours de la dernière décennie, seuls trois des 30 pays étudiés affichant systématiquement une augmentation du rejet populaire du régime militaire. En outre, 53% des répondants sont prêts à envisager une intervention militaire si les élus abusent de leur pouvoir. Fait intéressant, l’étude a également révélé que les jeunes citoyens (âgés de 18 à 36 ans) sont plus tolérants à l’intervention militaire que les citoyens plus âgés (âgés de 56 ans et plus).

C’est pourquoi nous faisons du bruit pour la rédemption du continent. Rédemption des affres des élites locales exploiteuses d’aujourd’hui et de leurs soutiens étrangers, aliénation des jeunes et des femmes de l’économie, les espaces sociaux et politiques, et l’avilissement de nos valeurs et de notre éthique sous la forme de corruption et de népotisme, de bâtardisation des institutions responsables, de violations des droits de l’homme et de mauvaise gestion de la diversité. Le continent est à la croisée des chemins. Le « vent du changement » actuel est inquiétant et laisse présager un grand danger pour le continent et au-delà si cette tendance n’est pas inversée. Il appelle à une large réflexion sur les pratiques de gouvernance démocratique à travers le continent, y compris les capacité des institutions démocratiques nationales pour faciliter des systèmes de gouvernance résilients, participatifs et efficaces. Le moment est venu de rajeunir la confiance des Africains dans la gouvernance démocratique, en particulier des jeunes Africains.

C’est le moment pour les institutions nationales, régionales et mondiales de se réunir pour plaider en faveur d’un changement de paradigme afin de combler le fossé entre la demande de paix. la gouvernance transformatrice et réactive, le développement et la prospérité, et la fourniture de ces biens publics par les dirigeants des pays respectifs, sur le continent africain.

À cet égard, nous lançons un appel ferme pour :

1. Rédemption de l’Afrique sur la base d’un réveil panafricain, d’une conscience politique et d’une éducation. Il est impératif que le continent conçoive ses propres solutions pour surmonter les défis auxquels il est confronté. Comme l’a proclamé l’emblématique Bob Marley, « Émancipez-vous de l’esclavage mental, personne d’autre que nous-mêmes ne peut libérer nos propres esprits ».

2. Encourager la démocratisation et respecter la limitation du mandat présidentiel, les droits de l’homme et renforcer les freins et contrepoids institutionnels, y compris les systèmes de contrôle judiciaire, conformément au Protocole sur le Statut de la Cour africaine de justice et des droits de l’homme. Le protocole appelle au respect des principes démocratiques, des droits de l’homme et des peuples, de l’État de droit et de la bonne gouvernance. Il souligne également la nécessité de respecter le caractère sacré de la vie humaine, de condamner et de rejeter l’impunité, les assassinats politiques, les actes de terrorisme, les activités subversives, les changements anticonstitutionnels de gouvernements et les actes d’agression;

3. Parvenir à l’inclusion politique, économique et sociale des groupes sous-représentés, en particulier les jeunes et les femmes, par des solutions institutionnelles plutôt que par des approches ad hoc qui ont échoué jusqu’à présent;

4. Il est crucial de placer les questions de responsabilité et d’intégrité des dirigeants et des institutions de gouvernance au premier plan du discours politique. Ces questions ne devraient pas seulement être préoccupantes pendant les crises, mais aussi être considérées comme des défis fondamentaux qui alimentent le mécontentement et la frustration à l’égard des paramètres de gouvernance actuels. Pour renforcer les mécanismes de responsabilisation, les pays africains devraient s’engager à renforcer les mécanismes régionaux en ratifiant le Protocole amendé sur le Statut de la Cour africaine de justice et la responsabilité en matière de droits de l’homme et le Protocole à l’Acte constitutif de l’Union africaine relatif au Parlement panafricain.

 5. Mettre en œuvre divers engagements qui ont été adoptés pour s’attaquer aux causes profondes des changements anticonstitutionnels, tels qu’ils ont été récemment énoncés dans la Déclaration sur les changements anticonstitutionnels de gouvernement en Afrique adoptée en mars 2022 à Accra, au Ghana, ainsi que des normes continentales telles que la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance et des institutions telles que le Mécanisme africain d’évaluation par les pairs.

6. Renforcer le contrôle civil et la surveillance de l’armée en assurant la neutralité politique au sein de l’armée et en prévenant la militarisation et la surveillance excessive de la vie politique;

7. Un large soutien et une solidarité entre les organisations civiques, les groupes de jeunes et de femmes, les médias et la population en général pour prendre fermement position et défendre notre éthique africaine et nos valeurs d’indépendance, d’autonomie, de prospérité communautaire, etc.

8. L’agence africaine doit relever ses défis de développement par un engagement prudent, mesuré et intentionnel avec les partenaires extérieurs pour faire face à la crise de la dette, au changement climatique et à d’autres problèmes mondiaux préoccupants qui affectent et entravent de manière disproportionnée le développement de l’Afrique.

Comme l’a noté Franz Fanon, « Chaque génération doit, hors d’une relative obscurité, découvrir sa mission, l’accomplir ou la trahir ». Nous avons été exhortés à agir, Et le moment est venu d’agir. Nous devons nous unir en solidarité en tant que citoyens de l’Afrique pour faire du bruit informé et organisé pour l’amélioration de notre continent. Relevons le défi et travaillons à la rédemption de notre continent bien-aimé.

About

Yiaga Africa is a non-profit civic hub of change makers committed to the promotion of democratic governance, human rights and civic engagement.

Recent Articles

The Ballot Newsletter, Issue 4
June 14, 2024
Nigeria’s 25-year Democracy: Time to Negotiate a new Social Compact with Citizens
June 12, 2024
Strengthening Nigeria’s Political Parties for Good Governance
June 11, 2024